NETTALI.COM – Suite à l’incident qui a lieu, ce vendredi, devant le bureau du doyen des juges d’instruction entre les gendarmes et les avocats commis pour assurer la défense d’Ousmane Sonko, l’Association des jeunes avocats Sénégalais est montée au créneau pour dénoncer cet acte.

L’Association des jeunes avocats du Sénégal ( Ajas) est très remontée contre le Doyen des juges d’instruction, suite au traitement qu’il a réservé ce vendredi aux conseils de Ousmane Sonko. « L’AJAS a constaté que des avocats constitués dans une cause pendante devant le premier cabinet d’instruction, ont été empêchés par des éléments de la Gendarmerie et sur instruction du Doyen des Juges, d’accéder au lieu où devait se tenir l’interrogatoire de leur client. De même, des confrères sont systématiquement insulté sur les réseaux sociaux et leur adresses communiquées pour des actes de vandalisme soient perpétrés contre eux pour des propos tenus dans le cadre de leur mission », ont fait savoir les jeunes avocats  condamnant les actes de vandales qui ont été commis chez El hadji Moustapha Diouf.

Face à cette situation l’Aja dénonce avec la dernière énergie l’entrave faite à l’exercice des droits sacrés de La Défense. Mieux, elle condamne avec la dernière fermeté cette mesure « illégale et inélégante » du Doyen des Juges, qui n’honore point la justice et les acteurs judiciaires.

En outre, Me Adama  Fall et ses confrères rappellent que la défense est un droit sacré, absolu dans tous les états et à tous degrés de la procédure. Ils conscientisent sur l’impérieuse nécessité pour les acteurs de la justice de garantir le libre exercice des droits de la défense. « L’Ajas s’insurge contre toutes tentatives de musèlement de la défense et d’entrave à l’exercice libre de la profession d’avocat par quelque moyen que ce soit. Elle exprime sa compassion et son soutien indéfectible tant aux confrères dont l’accès à leur client a été injustement entravé qu’à Me El hadji Moustapha Diouf dont le domicile a été vandalisé », indique-t-on dans le communiqué.