NETTALI.COM – «La lutte contre le terrorisme, un défi pour les Etats africains », c’est le thème qui a été retenu, cette année, pour la rentrée solennelle des cours et tribunaux. Celle-ci a eu lieu ce jeudi 9 janvier 2020. Le premier président de la Cour suprême, Mamadou Badio Camara, a plaidé pour ” l’internationalisation des réponses ” à ce phénomène.

La traditionnelle rentrée solennelle des Cours et tribunaux a eu lieu, ce jeudi, dans les locaux de la Cour suprême. Pour cette année, la cérémonie a été axée sur le thème : « la lutte contre le terrorisme, un défi pour les Etats africains ». S’exprimant à cette occasion, le premier président près la Cour suprême, Mamadou Badio Camara, avoue que le phénomène du terrorisme est difficile à maîtriser. « Nous sommes conscients qu’aucun pays ne peut se dire être à l’abri des menaces terroristes. Le phénomène est difficile à maîtriser. Le terrorisme est un acte de guerre dans une société en paix par des individus inspirés par je ne sais quelle idéologie.  Donc, l’internationalisation du phénomène doit conduire à l’internationalisation des réponses », a-t-il préconisé devant le chef de l’État, Macky Sall.

Poursuivant son allocution, Mamadou Badio Camara indique qu’une posture de vigilance au quotidien doit être de mise car il s’agit en amont de détecter l’intention avant le passage à l’acte. « Les acteurs de cette lutte doivent accéder aux renseignements pour en faire une utilisation efficace. Les informations doivent être partagées par les Etats membres de la Cedeao afin que les décideurs puissent prendre les mesures adéquates », a-t-il soutenu.

A l’en croire, au Sénégal, les dispositions législatives ont connu une évolution. En plus des dispositifs, viennent les moyens matériels financiers et technologiques. Donc, pense-t-il, nous devons avoir une méthode d’anticipation et de prévention avec des structures adaptées de dé-radicalisation. La mission des magistrats sera déterminante dans cette lutte avec l’application des lois en vigueur.