NETTALI.COM – La récente sortie de Macky Sall à Diamniadio, évoquant les dépenses astronomiques en téléphone et en achat de véhicules, ont été au menu de l’émission “Remue Ménage” de ce dimanche 11 Août sur la RFM. L’économiste Khadim Bamba Diagne a exprimé son étonnement par rapport à l’attitude de Macky Sall. “C’est comme s’il venait d’arriver au pouvoir”

A la question de savoir si le fait pour Macky Sall d’avoir évoqué les dépenses faramineuses en téléphone d’un montant de 16 à 17 milliard par an dans l’administration et les plus de 307 milliards, en achat de véhicules, de 2012 à nos jours, ne constituent pas un aveu d’échec de sa part, Khadim Bamba Diagne ne peut que marquer son étonnement : “C’est comme si Macky Sall venait de découvrir cela, alors qu’il est au pouvoir depuis  2012“.

L’économiste écrivain pense même que le fait d’avoir supprimé 16 agences, montrent que celles-ci sont budgétivores, relevant au passage que ces agences sont en plus pour plupart dirigées par des politiques qui sont moins performants que les agents sortis de l’Ecole Nationale d’Administration. M. Diagne relève d’aileurs au passage ce qu’il considère comme une sorte de bizarrerie : “Pourquoi dénommer un ministère, Ministère de l’Economie numérique et des Télécommunications” comme si les télécommunications ne font pas partie du numérique ?

Pour rappel, lors de la cérémonie de lancement officiel du Programme d’appui à la modernisation de l’administration (Pama), lundi 5 Août au Centre international Abdou Diouf de Diamniadio, le Président Macky Sall a fait cette déclaration : “malgré les efforts qui ont été faits, nous continuons d’enregistrer beaucoup de dépenses. On a évalué les factures de téléphone de 16 à 17 milliards par an pour les agents de l’administration. Aussi,  de 2012 à maintenant, nous avons dépensé plus de 307 milliards francs CFA pour l’achat de véhicules. Je ne parle pas des entretiens, de la consommation de carburant” . Et Macky Sall de faire remarquer, s’adressant aux fonctionnaires, que  “le but de l’administration, ce n’est pas de s’occuper d’elle-même”. “Elle ne doit pas mettre autant de ressources pour son fonctionnement. On doit pouvoir optimiser le fonctionnement en modernisant nos moyens“, avait-il conclu.